[fr][Live report] Sepultura

After one year abroad, a lot of writing for both university and this blog, and tremendous improvement (I hope), I felt like I missed writing in French. While I enjoy English a lot, I think French is still a beautiful and rich language, and I wouldn’t like to lose all I’ve learnt during these years. Seriously, sometimes I stumble on a word while I know its English counterpart…

Therefore, I have decided to write about concerts in French. The advent of Sepultura in Copenhagen was the perfect occasion to inaugurate the [fr] tag, which you can see in the title. To my French readers: enjoy! To all the others: see you next time. Don’t worry, it won’t take long 😉

*****

Essence + Sepultura
Pumpehuset, Copenhague
05/11/2015

Après un début d’année assez calme, le mois de novembre promettait aux metalleux de Copenhague un plateau plutôt relevé : Nightwish, Eluveitie, Sepultura, Moonspell, Bring Me The Horizon ou encore Bullet For My Valentine allaient fouler les planches danoises ce mois-ci. Si ma présence aux deux premiers concerts n’était pas négociable, le reste restait à définir, pour des considérations principalement financières. Moonspell et Sepultura étaient en compétition ; j’avais déjà vu les brésiliens, pas les portugais. Cependant, le souvenir encore vivace de la grosse claque reçue à Paris l’an passé m’a ramené dans les filets de Sepultura. Moonspell attendra.

Neuf heures moins dix, je m’approche du stand de merchandising, quand les enceintes commencent à cracher un son typiquement live, et surtout bien trop fort. Tant pis, je reviendrai saliver sur les t-shirts Sepultura un peu plus tard, place au concert d’Essence. Quelle idée de commencer en avance, quand même.
Je monte donc à l’étage, et suis surpris par la foule amassée en haut des escaliers, qui débouchent sur l’arrière de la salle. Je me faufile vers la fosse, mais à mesure que j’avance, les rangs s’éclaircissent, et il n’est pas difficile d’avoir une bonne vue sur la scène. Je découvre donc un quartet offrant un thrash pur et dur très efficace. Autant dire qu’on a vite envie de taper du pied. Malgré tout, un sentiment de réchauffé domine : Kreator a certainement inspiré « For the Fallen », et l’impression d’assister à un show de Metallica (toutes proportions gardées, bien entendu) est tenace, l’attitude et les intonations du frontman-guitariste y étant pour beaucoup.
Néanmoins, les soli bénéficient d’un son excellent, quoiqu’un peu fort, et les musiciens s’éclatent clairement. Le public, timide au début, répond finalement aux injonctions du groupe, alors qu’un très court duo basse-batterie met en valeur ces deux instruments sans trop en faire. Le groupe, qui a sorti un album produit par le grand Peter Tägtgren et revendique clairement ses influences thrash, est jeune mais fait preuve d’un professionnalisme certain. Il réussit ainsi à conquérir un public plutôt timide au départ.

La mise en place de Sepultura est longue, très longue pour des fans déjà excités, et la température monte alors que les techniciens s’affairent sur scène. Un « Troops of Doom » un peu sec déclenche les hostilités, mais il faut plusieurs chansons pour qu’un semblant de circle-pit se mette en place. L’envie n’y est pas vraiment, et seuls une petite quinzaine de spectateurs, souvent éméchés, y participeront ce soir. Quel contraste avec le rouleau compresseur qui avait dévasté la fosse du Trabendo l’année dernière. Le reste du public danse (oui oui, de petits pas de danse sur Sepultura) ou se déboîte bien gentiment les cervicales. Personnellement, il me faut attendre le cinquième titre, un terrible « Inner-self » pour vraiment entrer dans le concert, mais il s’agît bien d’un point de non-retour. En effet, impossible de résister à des brûlots tels que « Choke », « Cut-throat » ou « Territory » quand ils sont réalisés avec tant de justesse et de brutalité. Ce déferlement de violence n’est entrecoupé que par quelques mots de remerciement de Derrick. Les titres joués couvrent toute la carrière du groupe, qui fête avec cette tournée sa trentième bougie et se permet d’enchaîner en rappel un cassant « Bestial Devastation », issu de leur premier album, et l’hypnotique « The Vatican », tiré lui de leur dernière offrande. Évidemment, ceci n’est pas la véritable conclusion.

Sepultura, do Brasil, um, dois, três, quatro…

Si « Arise » et « Refuse Resist » sont deux hymnes fantastiques, c’est bien en l’enchaînement « Ratamahatta » – « Roots Bloody Roots » que Sepultura dispose du final le plus explosif de la planète metal aujourd’hui (avis purement subjectif bien sûr). Tout en savourant les merveilles qui nous étaient offertes, je n’ai cessé d’anticiper ce verdict dévastateur, qui fait sauter et hurler une fosse toujours acquise à la cause du groupe brésilien.
En parlant de merveille, le jeu d’Eloy Casagrande est un petit bijou : tout en souplesse, le batteur révèle une aisance impressionnante, se permettant même de jammer avec Andreas Kisser entre les chansons. Derrick Green y ajoutera son grain de sel, improvisant des paroles sur le thème « I’m going to drink water » pendant deux minutes… l’empêchant par-là même de boire et donc de continuer le concert. Petits délires entre amis, qui nous permettent de reprendre nos esprits passablement secoués par les deux reprises jouées ce soir, « Polícia » (Titãs) et « Orgasmatron » (Motörhead). À côté, Paulo Jr. est discret comme à son habitude, récitant ses gammes avec efficacité.
Point de speech pour affirmer leur identité ce soir, mais toujours des passages où Derrick seconde Eloy avec quelques percussions. Son apport est indiscernable au niveau du son, mais quelle débauche d’énergie ! Encore une bonne façon d’enflammer le public.

Un son puissant mais précis, un enthousiasme débordant, une complicité flagrante… Après un concert mené de cette façon, aucun doute n’est possible : ces gars ne sont pas près de nous lâcher !

*****

Picture by Amaya & Laurent, under Creative Commons Attribution 2.0 Generic – Sepultura at Hellfest 2014

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s